Les parois calcaires des moyennes gorges du Verdon sont truffées de grottes, habitées depuis quatre à cinq cent mille ans pour la Baume Bonne près de Quinson mais seulement depuis cent mille ans (paléolithique moyen) pour les grottes près du barrage de Ste Croix. Je me suis donc pris d'un vif intérêt pour la préhistoire du Verdon

pr_histoireblag

Quelques notes à trier du livre du livre de J.Courtin ("Baudinard avant l'histoire") livrées en vrac

  • La Grotte de l’Eglise rive gauche; plutôt les grottes avec ses entrées multiples, son "hall" immense est impressionnant quand on arrive par le sentier "haut". A visiter avec technique spéléo et fil d'Ariane tellement il y a de départs de galeries.. sur 3 étages et sur une longueur cumulée de 1400 m, visitée par E-A Martel en 1928 ; fouillée par Lambert & Stecchi (publication 1947) puis Lagrand et Courtin (année 1957 et après) qui découvre une céramique du premier âge du fer fin du 7ème siècle avant J-C (protohistoire), témoin des relations entre monde celtique et populations provençales. Les fouilles méthodiques du CNRS commencent en 1958 pour une douzaine d’années (Courtin Lagrand Lumley). On y trouva des armes en silex racloirs et pointes de silex dans le réseau sup. vestiges durables du Cardium. Faisselles en poterie. Poids de filets de pêche.

Le climat périglacaire était un peu rude au paléolithique moyen. Beaucoup d’articles des chasseurs de gros gibiers néandertaliens ont été trouvés dans les grottes de Baudinard : (à l’occasion peut-être cannibales comme ceux de la vallée du Rhône). Par contre l’érosion a effacé les traces plus récentes du paléolithique supérieur et du mésolithique (sauf à la Baume Bonne)

  • La grotte murée rive droite; très visible à 4 mètres au dessus du plan d'eau. Site très important : le mur devant l'entrée daterait du XVIème à l’époque des guerres de religion. Elle est occupée du paléo moyen jusqu’à la fin de l’âge du bronze : on y trouva des grattoirs, des racloirs pour dépecer, dépouiller et travailler les peaux mais aussi le bois pour les hampes de lances et javelots, des restes de blés et orges, pois chiche ou lentilles. C'est une halte de chasse et de pêche (peu de traces mis à part galets taillés comme poids de filet de pêche) à l’abri du froid et des fauves (une dent de lion des cavernes trouvée), gisement exceptionnel d'ossements de cerfs, bouquetins, chevaux.
  • La grotte de l’Abri du Capitaine rive droite, immergée maintenant, autre site important juste sous l’aval du barrage de Ste Croix que j'aurais du visiter pendant la vidange décennale.
  • La grotte des deux porches plus haut placée, en deux galeries communicantes à 45° : racloirs et pointes de silex et ossements de cheval des steppes, bouquetin et cerfs , aurochs (ancètre du bœuf extinction au XVIIème siècle de notre ère)
  • La grotte du Figuier au dessus d’elle, accessible en escaladant un peu, nid d’aigle et poste de guet ou d’affût possible et de protection contre les grands carnassiers. Une corde est utile pour redescendre de ce point haut..

 

  • La grotte C: faisselles en poterie
  • Le grand abri de la plage fréquenté par les hommes du Cardial en bivouac d’expédition de chasse, bien visible pendant la vidange. De beaux abris avec super-plage de galets: cela devait être un des sites "club med" de l'époque.

 

  • La grotte G: vestiges du Cardium

 

Quelques repères

PALEOLITHIQUE SUPERIEUR – 30 000 ans ; âge du CHASSEUR – CUEILLEUR nomade, le cheval est chassé jusqu’à l’âge du bronze, domestication du chien vers – 10 000 ans (loup-chien)

NEOLITHIQUE (néolithique ancien ou « cardial » déco coquillage cardium - 6 000/-5500 ans à – 4000 néolithique moyen, introduit par les navigateurs de Méditerranée orientale et Italie jusqu’à -2500 ans âge du cuivre puis -2000/-1800 l’âge du bronze ) . Le «Cardien» tire encore 40% de sa nourriture de la chasse..âge de la pierre polie ou « âge de la pierre nouvelle » du PAYSAN – PASTEUR (début – 8 000 ans avant notre ère au proche orient d’abord), âge de la PRODUCTION de nourriture (petites communautés égalitaires à sépulture collective  : de la poterie, du tissage de la domestication d’espèces animales et végétales, donc de l’élevage (mouflon-mouton, aurochs-bœuf, sanglier-porc) et de l’agriculture (blé-froment et orge dès le début du néolithique). D'où diminution de la chasse, le troupeau assure le régime carné, le lait, les fromages en poterie de faisselles, les plats cuisinés, les sauces, ragoûts, soupes...…

Age des premières destructions de l’environnement, des forêts par le feu et la hache de pierre pour créer des espaces de cultures (à l'aide Boorlo)

Age de la propriété, de l’accumulation et de la protection des réserves donc des premiers conflits. L’essentiel des armes est encore en pierre taillée mais la chasse sert en plus de se nourrir, à se défendre des carnassiers et éviter la concurrence avec l’élevage herbivore. Début du trafic du silex, des roches dures pour les haches et la parure, des coquillages et du sel.

            C’est le néolithique moyen qui est le plus représenté dans les gorges de Beaudinard (presque toutes les grottes sont habitées par les CHASSEENS paysans-éleveurs à part entière) échange et import de silex du mont Ventoux et de l’obsidienne de Lipari – Sicile, des pierres vertes (jadéite et éclogite) du Viso, de Turin et quartz du massif alpin, des coquillages de Méditerranée pour les parures.

Le coin était déjà fantastique pour les balades en kayak , mais découvrir à pied ces grottes aussi surprenantes que difficiles à trouver: on s'y croirait, prêt à tomber nez-à-nez avec un fantôme d'homo sapiens.

Lien vers les albums photos des grottes de Baudinard rive droite et rive gauche